Formation permanente

 

D E S U

PRATIQUES CLINIQUES AVEC LES FAMILLES MIGRANTES

INTERVENTIONS et PRÉVENTIONS

 

 

Programme 2001

 

 

renseignements, inscriptions : Service formation permanente de l'Université de Paris 8, Secrétariat : bâtiment A, salle 2267, Tél. : 01 49 40 65 59 - 65 60

 


 

Formation destinée à des professionnels, délivrant des connaissances de haut niveau dans les domaines de la psychologie, de la psychopathologie, de l'anthropologie, de la linguistique, du droit, des études pédagogiques – toutes connaissances nécessaires au travail clinique avec les familles migrantes.

Niveau BAC + 4

 

 

Responsable scientifique :

Tobie NATHAN, Professeur de psychologie clinique et pathologique, Université Paris VIII

 

Coordination pédagogique :

Viviane ROMANA

 

Formation réalisée en partenariat avec le Centre Georges Devereux , Centre Universitaire d'aide psychologique. UFR Psychologie, Pratiques cliniques et Sociales (présentation du centre Georges Devereux).

Visitez le site web du Centre Georges Devereux : http://www.ethnopsychiatrie.net/

 

bibliographie d'introduction

 

Table

Objectifs clic ; Public concerné clic ; Nombre de stagiaires : clic ; Lieux du stage : clic ; Critères d'admission : clic ; Coût de la formation : clic

ENSEIGNEMENT THÉORIQUE - 352 heures clic

Module 1 - Psychothérapie des migrants et de leurs enfants clic ; 1 - Théories actuelles sur la psychologie et la psychopathologie des migrants clic ; 2 - Spécificité de l’ethnopsychiatrie clic ; 3 - Intelligence des systèmes thérapeutiques non-occidentaux. Thérapeutiques "culturelles". Thérapeutiques religieuses. clic

Module 2 - Les désordres psychologiques des migrants. Leur perception et leur prise en charge médicale, psychologique, socio-éducative, juridique (5 sessions, 140 heures). clic ; 1 - Enfants de migrants abusés et maltraités clic ; 2 - L’échec scolaire des enfants de migrants. Toxicomanie et passages à l’acte des adolescents clic ; 3 - Le divorce chez les femmes migrantes. Devenir des systèmes de parenté dans la migration. clic ; 4 - Les migrants et la médecine. clic ; 5 - Nouveaux désordres dans les métropoles occidentales. Utilisation dystone des pensées et des logiques traditionnelles… clic

Module 3 - Recherche (72 heures) clic

ENSEIGNEMENT PRATIQUE - 121 heures clic ; STAGE (88 heures) * ; SUPERVISION DE STAGE (33 heures) clic

Obtention du diplome clic Programme 2001 clic

DATES DE LA FORMATION THEORIQUE ET PRATIQUE clic

L'équipe pedagogique clic

LE CENTRE GEORGES DEVEREUX clic ; L'innovation technique en psychologie clinique clic ; Problématique théorique clic ; Clinique psychologique avec les populations migrantes clic ; La création d'une véritable dynamique de recherche en psychologie clinique clic ; La constitution d'une unité d'enseignement clinique en Psychologie, sur le campus. clic ; La constitution d'un pôle de formation post universitaire diffusant auprès clic

RENSEIGNEMENTS ET INSCRIPTION

 

 

Objectifs

Les intervenants sociaux, médicaux, judiciaires, éducatifs, pédagogiques, ont de plus en plus souvent affaire à des familles migrantes, originaires d'Afrique du Nord, d'Afrique subsaharienne, des Antilles, d'Asie du Sud-Est, d'Europe de l'Est…

Les outils à leur disposition s'avèrent souvent inefficaces, en tous cas insuffisants.

Cette formation s'est donnée pour but de mettre à leur disposition les connaissances théoriques et pratiques, issues de l'ethnopsychiatrie, de la psychiatrie transculturelle, de l'anthropologie médicale, qui leur permettront d'approfondir les questions qu'ils se posent et de ce fait d'améliorer leurs pratiques professionnelles.

Cette formation associe des enseignements théoriques sous forme de cours et de séminaires à un enseignement technique sous forme de stages dans le cadre de groupes de consultation ethnopsychiatrique au Centre Georges Devereux.

L'objectif de cette formation est d'introduire les stagiaires aux réflexions actuelles sur la migration et sur ses conséquences, tant individuelles que familiales, de les entraîner à élaborer des pensées complexes, à imaginer des dispositifs techniques originaux dans le champ de leur profession – dispositifs qui sauront prendre en compte la spécificité des familles migrantes qu'ils ont en charge.

À l'issue de cette formation, ils devront savoir évaluer l'expérience de la migration et son impact sur les personnes ; ils devront également se sentir familiers des pensées, des interprétations et des dispositifs de soins provenant de la culture d'origine des familles.

Public concerné

Cette formation s'adresse à tout professionnel [du champ médical, psychologique, socio-éducatif, juridique, etc.] concerné par les difficultés rencontrées par les familles migrantes.

 

Informations générales

Durée totale de la formation : 473 heures

Dont :

- 352 heures d'enseignement théorique (soit trois modules)

- 121 heures d'enseignement pratique au Centre Georges Devereux

Un programme détaillé sera remis au stagiaire en début de formation.

 

Nombre de stagiaires :

De 15 à 20

 

Lieux du stage :

Dans les locaux de l'Université et au Centre Georges Devereux , à l'Université de Paris 8, Saint-Denis.

 

Critères d'admission :

niveau licence (Bac + 3) et/ou 5 années de pratique professionnelle dont au moins deux avec des populations migrantes.

Entretien préliminaire d'admission avec un membre de l'équipe pédagogique du diplôme.

 

Coût de la formation :

29 000 Francs

 

ENSEIGNEMENT THÉORIQUE - 352 heures

 

Module 1 - Psychothérapie des migrants et de leurs enfants

Arguments pour une prise en charge thérapeutique spécifique. (5 sessions, 140 heures)

1 - Théories actuelles sur la psychologie et la psychopathologie des migrants

Théories psychologiques sur les migrants et sur la migration. Problèmes posés par l'application des techniques psychothérapiques aux populations migrantes. Thérapeutiques spécifiques ou "adaptées". Psychiatrie transculturelle, psychiatrie comparée, ethnopsychiatrie, anthropologie médicale, psychanalyse et culture. Questions générales sur "psychiatrie et culture"

2 - Spécificité de l’ethnopsychiatrie

Histoire de la discipline et des champs limitrophes. Les concepts de l’ethnopsychiatrie et leurs applications. Les obligations méthodologiques générées par un tel domaine. Les questions actuelles posées par l'ethnopsychiatrie. Les enjeux actuels autour de l'ethnopsychiatrie : enjeux théoriques, institutionnels et politiques.

Le dispositif technique de la cure en ethnopsychiatrie. Problèmes posés par : la langue, le groupe de thérapeutes, le maniement des étiologies traditionnelles, le maniement des objets thérapeutiques.

La médiation ethnoclinique. L'importance de la langue dans l'accueil des populations migrantes. Traduction et/ou médiation. Une théorie générale de la médiation. Le dispositif technique de la médiation.

3 - Intelligence des systèmes thérapeutiques non-occidentaux. Thérapeutiques "culturelles". Thérapeutiques religieuses.

Analyse de différents systèmes thérapeutiques les plus représentés dans la migration, en France.

Sorcellerie (Afrique de l’Ouest, Afrique centrale, Amérique du Sud, mondes créoles.

Possession. Très répandue dans l'aire culturelle africaine (Afrique du Sud, Congo, Ethiopie, Kenya, Maroc, Niger, Sénégal, Zaïre, pour ne citer que les textes célèbres, on la retrouve également dans les "Amériques noires" (Brésil, Haïti, Cuba). Sous le nom de rituels de possession, on décrit généralement des cérémonies tenant de la religion, de la fête musicale et des séances collectives de thérapie au cours desquelles le corps du patient, ainsi que celui de certains assistants et d'auxiliaires du thérapeute, en état de transe, adoptent le comportement, le vêtement, la parole et la voix d'invisibles non-humains tels que divinités, esprits, démons ou ancêtres.

Confréries maraboutiques — très répandues au Maghreb dans certains pays d’Afrique de l’ouest, ces confréries offrent à la fois initiation religieuse et différents niveaux de thérapie.

Groupes de prière — particulièrement nombreux dans les anciennes colonies fortement christianisées (Afrique, Amérique du Sud, Iles de l’Atlantique, du Pacifique et de l’Océan indien), mais aussi dans les banlieues des grandes métropoles, y compris à Paris, ces groupes offrent, tout comme les confréries maraboutiques, une initiation religieuse et différents niveaux de thérapie.

Le chamanisme — plutôt répandu dans l'aire culturelle asiatique, le modèle chamanique est remarquable par son homogénéité, découlant probablement de millénaires de pratique. On retrouve le même type de mécanismes dans des régions très éloignées l’une de l’autre, telles que l'Australie aborigène, l'Amérique du Nord et du Sud, l'Asie centrale, la Sibérie, l'Europe du Nord et de l'Est et l'Afrique du Sud (en pays Boshiman). Durant le rituel thérapeutique proprement dit, le chaman, en transe, entreprend un voyage, dans le monde des esprits pour affronter les puissances à l'origine de la maladie. C'est ainsi que tous les chamans possèdent la singulière capacité (résultant d'un long apprentissage durant l'initiation) d'entrer en transe, de sombrer dans un coma pouvant durer plusieurs jours, de se dédoubler, etc.

Nous attirerons l'attention sur une singularité de certains désordres présentés par les enfants de certaines communautés d'origine africaine. Les pathologies infantiles : enfant-sorcier, enfant-ancêtre, enfant-médium . Bien étrange que la place de ces enfants-sorciers, réputés nés avec la substance de sorcellerie. Il semble que ceux là constituent l'autre pôle extrême du système sorcier — "sorciers flottants", force ne s'étant pas encore mise au service d'une cause. Perçus comme particulièrement dangereux du fait de leur apparence innocente, leur action est indécelable. Une fois identifiés, ces enfants sont vigoureusement pris en charge… c’est souvent à ce moment qu'ils rencontrent les services médico-sociaux du pays d'accueil.

Nous ne manquerons pas de nous interroger sur les étiologies traditionnelles de la maladie impliquant les morts, sur les rituels entourant la mort, sur la possible utilisation de tels rituels dans la prise en charge des souffrances psychologiques, familiales ou de destinée. Nous évoquerons également les étiologies centrées autour de l'initiation et de la "fabrication culturelle des humains". Nous soulignerons l'importance des mythes de fondation, en tant que "manuels thérapeutiques" condensés.

Comparaison de toutes ces modalités thérapeutiques avec des modalités thérapeutiques européennes, en France, en Europe de l'Est, en Europe du Sud. Diableries et malédictions. Sorcelleries. Envoûtements.

Importance de rendre ces systèmes intelligibles à la rationalité de type scientifique, celle à laquelle ont été formés les professionnels travaillant avec les familles migrantes – et cela afin de saisir les démarches qu'entreprennent toujours les familles.

 

Module 2 - Les désordres psychologiques des migrants. Leur perception et leur prise en charge médicale, psychologique, socio-éducative, juridique (5 sessions, 140 heures).

1 - Enfants de migrants abusés et maltraités

Interrogation sur les modalités de prises en charge actuelles d’enfants de migrants reconnus " abusés " ou " maltraités ", que ces prises en charge soient d’ordre juridique, psychologique, médical ou éducatif. Nature et statut de ces enfants et de leurs agresseurs. Interprétations "traditionnelles" et "savantes" de ce type de désordre. Analyse de l'intrication de ces diverses interprétations.

2 - L’échec scolaire des enfants de migrants. Toxicomanie et passages à l’acte des adolescents

Questionnements sur une école confrontée à l’échec. Problèmes de désinsertion scolaire des enfants d’origine étrangère. Comment expliquer les difficultés d’apprentissage et d’intégration scolaire de ces jeunes. Comment corréler ces difficultés avec le refus ou l’impossibilité d’hériter des savoirs familiaux, claniques ou ancestraux, de parler la langue des origines, d’accepter l’autorité parentale ? Hypothèses. Tentatives spécifiques de prise en charge. Hypothèses et initiatives.

Les adolescents dits " de seconde génération " se retrouvent souvent à la fois désinsérés de tout groupe institué — familial ou scolaire — et inclus dans des groupes marginaux, comportant des initiations violentes aux toxiques et/ou à la délinquance. Analyse de la fonction de ces groupes et de leur faillite au long cours.

3 - Le divorce chez les femmes migrantes. Devenir des systèmes de parenté dans la migration.

Analyse des enjeux sociaux, psychologiques et communautaires qu’implique un tel acte dans les systèmes de parenté patrilinéaires et matrilinéaires. Etude des stratégies matrimoniales, de leurs ruptures et de leurs rattrapages en situation migratoire. Problèmes posés par les circulations d’alliances dans le groupe d'origine et dans la migration.

4 - Les migrants et la médecine.

Comment optimiser le suivi médical d’un patient disposant pour expliquer sa maladie, d’une étiologie médicale découlant de l’intervention thérapeutique d'une équipe hospitalière et d’une étiologie culturelle, qui mobilise toutes ses pensées et le contraint à utiliser les ressources thérapeutiques des systèmes de soins de son groupe d'origine.

Exemples de prises en charge qui s’avèrent difficiles pour les soignants :

Victimes de torture, réfugiés politiques. Transmission transgénérationnelle des traumatismes délibérément produits par les humains. Prise en charge dans la migration, mais aussi lors de campagnes "humanitaires".

5 - Nouveaux désordres dans les métropoles occidentales. Utilisation dystone des pensées et des logiques traditionnelles…

À titre de comparaison, on abordera également des désordres nouveaux apparus dans les grandes métropoles occidentales – désordres présentant des similitudes avec ceux des populations migrantes : adhésion à des mouvements sectaires, toxicomanies, problèmes posés par le transexualisme, obésité et boulimie… Nous verrons que les pathologies rencontrées dans les pays industrialisés sont aussi mobiles, aussi corrélées avec l'univers social que les pathologies rapportées avec elles par les populations migrantes.

Evocation inhabituelle et ostentatoire de logiques traditionnelles (sorcellerie, possession), pour des raisons psychopathologiques, ou pour se défendre de l'échec social, ou pour lutter contre l'intégration [le "départ" des enfants], ou encore par peur de représailles symboliques.

Module 3 - Recherche (72 heures)

Ce module a pour objectif d'aider le stagiaire à élaborer un mémoire de recherche d'une cinquantaine de pages. Le thème du mémoire est adopté en accord avec l'un des enseignants responsables du DESU. Le mémoire s'appuiera sur une expérience pratique (sociale, éducative, médicale, psychologique, ethnographique...). Il sera également l'occasion d'optimiser les acquisitions dans le domaine de l'ethnopsychiatrie et de la prise en charge psychologique des familles migrantes. L'encadrement du mémoire se fera en séminaire de recherche.

 

Enseignement pratique - 121 heures

 

STAGE (88 heures)

Chaque stagiaire participera à deux demi-journées de consultation par mois dans un des groupes thérapeutiques du Centre Georges Devereux, groupe qu'il aura choisi en accord avec son référent. Ce stage se déroulera de janvier à décembre.

 

SUPERVISION DE STAGE (33 heures)

La supervision de stage se déroulera trois heures par mois et sera encadrée par deux enseignants (thérapeutes au Centre Georges Devereux).

 

Obtention du diplome

Pour obtenir le DESU Pratiques cliniques avec les familles migrantes – interventions et préventions, le stagiaire devra remplir les deux obligations suivantes :

I - Participation active et assidue pendant la formation. Présence obligatoire à tous les enseignements (473 heures).

II - Rédaction et soutenance du mémoire de recherche.

La formation représente au total six jours de présence par mois durant une année.

Le jury est constitué d'au moins deux enseignants du DESU ainsi que du coordinateur et présidé par le responsable scientifique.

 

Programme 2001

 

DATES DE LA FORMATION THEORIQUE ET PRATIQUE

22-23-24-25-26 janvier 2001
19-20-21-22-23 février 2001
19-20-21-22-23 mars 2001
23-24-25-26-27 avril 2001
14-15-16-17-18 mai 2001
11-12-13-14-15 juin 2001
09-10-11-12-13 juillet 2001
17-18-19-20-21 septembre 2001
15-16-17-18-19 octobre 2001
12-13-14-15-16 novembre 2001
10-11-12-13-14 décembre 2001

 

 

LA PRESENCE EST OBLIGATOIRE A TOUS LES ENSEIGNEMENTS (473 HEURES), AUCUNE DEROGATION N'EST ACCEPTEE.

 

L'équipe pedagogique

Tewfik ADOHANE, Psychologue clinicien et anthropologue.

Céline ADREY, Psychologue clinicienne.

Julien Ayité AJAVON, Psychologue clinicien.

Marième BA, Psychologue clinicienne, Psychothérapeute au Centre Georges Devereux.

José BALAGUETTE, Psychologue clinicien.

Serge BOUZNAH, Médecin de PMI, diplômé de santé publique.

Monique CHADVILLE, magistrat.

Abdelhafid CHLYEH, Psychologue clinicien et anthropologue.

Patrick DESHAYES, Maître de conférences en anthropologie, Université de Paris 7.

Ling FANG, Anthropologue.

Isabelle FÉRIÉ, Médecin de PMI.

Philippe GÉRIN, Médecin, psychiatre, praticien hospitalier.

Yolande GOVINDAMA, Maître de conférences de Psychologie clinique Université Paris 5, Psychologue clinicienne.

Alain HOULOU, Maître de conférences, Université de Lille III.

Lucien HOUNKPATIN, Psychologue clinicien, Maître de conférences à l’Université Paris 8.

Jocelyne KANNER, Educatrice spécialisée au tribunal pour enfants de Paris.

Juss MABUSA, Sociologue, anthropologue.

Ismaël MAIGA, Linguiste, maître de langue à l’INALCO et chargé de cours à l’université Paris 8.

Claude MESMIN, Maître de conférences de Psychologie clinique, Université de Paris 8, Psychologue clinicienne.

Genneviève N’KOUSSOU, Médiatrice ethnoclinicienne.

Marie-Christine NAGY, Médecin de PMI.

Tobie NATHAN, Professeur de Psychologie clinique et pathologique, Université de Paris 8.

Marie-Liesse PERROTIN, Psychologue clinicienne.

Marianne PRADEM, anthropologue.

Sybille de PURY-TOUMI, Linguiste, chargée de recherche au CNRS.

Malanjoana RAKOTOMALALA, Linguiste, chargé d'enseignement à L'INALCO.

Viviane ROMANA, Psychologue clinicienne, Psychothérapeute au Centre Georges Devereux. Chargée de cours à l’université Paris 8.

Iran SADEGHZADEH, Éducatrice spécialisée et psychologue.

Hamid SALMI, Psychologue clinicien, chargé de cours à l'Université Paris 8.

Françoise SIRONI, Maître de conférences de Psychologie clinique, Université de Paris 8, Psychologue clinicienne.

Jean-Luc SWERTWAEGHER, Psychologue clinicien.

Irena TALABAN, psychologue clinicienne.

Yvon TALEC, magistrat.

Henny WEXLER, Psychologue clinicienne.

Nathalie ZAJDE, Maître de conférences de Psychologie clinique, Université de Paris 8, Psychologue clinicienne.

Jean ZOUGBÉDÉ, Psychologue clinicien, Psychothérapeute au Centre Georges Devereux.

 

LE CENTRE GEORGES DEVEREUX

Centre Universitaire d'aide psychologique

à l'Université de Paris 8, le Centre Georges Devereux

accueil au Centre Georges Devereux

Directrice : Françoise SIRONI, maître de conférences en psychologie clinique et pathologique, Université de Paris 8.

Le Centre Georges Devereux est une unité universitaire de clinique psychologique (présentation détaillée).

Émanation de la Section de Psychologie Clinique et Pathologique de l'UFR Psychologie, Pratiques cliniques et sociales de l’Université de Paris VIII, ce centre est venu prendre la suite de quinze années de pratique d'une même équipe auprès des familles migrantes.

L'expérience d'un travail clinique spécifique auprès des migrants en difficulté psychologique, accumulée durant toutes ces années, a permis de constituer un savoir et un savoir-faire reconnus tant sur le plan national qu'international.

Le Centre Georges Devereux s'est structuré autour de quatre grands objectifs :

L'innovation technique en psychologie clinique

L'UFR Psychologie, Pratiques cliniques et sociales de l'Université de Paris

VIII a entrepris de constituer une interface entre l'Université et le département de Seine-Saint-Denis avec la double mission :

de proposer une prise en charge spécifique et efficace aux familles migrantes en difficulté psychologique

de développer les recherches cliniques de haut niveau en psychologie et en psychopathologie transculturelle (ethnopsychiatrie).

Problématique théorique

Dans cette perspective d'échange dynamique entre l'Université et son environnement naturel, Le Centre Georges Devereux met à la disposition de la population de la Seine-Saint-Denis — et cela dans l'enceinte même de l'Université :

un dispositif clinique adapté aux pathologies des migrants et ayant déjà largement démontré son efficacité technique ainsi que sa fécondité heuristique.

Clinique psychologique avec les populations migrantes

Depuis le 1er janvier 1993, l'équipe du Centre Universitaire d'Aide Psychologique aux familles migrantes reçoit :

Des familles migrantes en difficulté psychologique et leur fournit une aide spécifique, culturellement adaptée à chaque cas.

Des équipes psychologiques ou médico-sociales en difficulté dans la prise en charge de familles migrantes et leur apporte, à leur demande, ses conseils et son soutien technique.

Des étudiants de Paris VIII, d'origine étrangère, en difficulté psychologique ou sociale et leur propose conseils et orientations.

La création d'une véritable dynamique de recherche en psychologie clinique

L'originalité de la démarche ethnopsychanalytique réside dans le fait qu'elle allie nécessairement :

des recherches techniques et de haut niveau en Psychologie Clinique

des recherches de terrain en anthropologie de la maladie, et plus particulièrement en anthropologie des désordres psychologiques.

A l'heure actuelle, des recherches de terrain apponfondies sont entreprises

par les membres de l'équipe.

au Maghreb — en Algérie, au Maroc et en Tunisie

en Afrique centrale — notamment au Cameroun, au Congo (Brazzaville) et au Ruanda

en Afrique occidentale — au Bénin, en Côte d'Ivoire, au Sénégal;

en Amérique du Sud — au Brésil

aux Antilles francophones — en Guadeloupe, en Martinique, en Haïti

dans l'Océan Indien — à l'île de la Réunion

en Europe du Sud — Espagne, Italie.

en Océanie — Tahiti

 

La constitution d'une unité d'enseignement clinique en Psychologie, sur le campus.

Notre ambition universitaire est d'étayer l'enseignement que nous dispensons aux étudiants sur une pratique clinique spécifique s'appuyant sur de véritables corpus et nantie de mécanismes d'évaluation fiables.

La constitution d'un pôle de formation post universitaire diffusant auprès

des professionnels de la santé (médecins, psychologues, infirmiers et travailleurs sociaux) des connaissances sur la spécificité de l'abord clinique des populations migrantes.

Avec l'aide du Centre de Formation Continue de l'Université de Paris VIII, le Centre Georges Devereux a créé un Diplôme Universitaire (D.E.S.U.) intitulé : Pratiques cliniques avec les familles migrantes : intervention et prévention, dont la première session a débuté en mars 1993 — premiers diplômés, mémoires soutenus en octobre 1995.

 

Renseignements et inscriptions :

Service formation permanente :

UNIVERSITE PARIS VIII - FORMATION PERMANENTE 2, rue de la Liberté - 93526 Saint-Denis Cedex Tél. : 01 49 40 65 59 - Fax : 01 49 40 65 57

E-mail : info-sfp@univ-paris8.fr

Secrétariat : bâtiment A, salle 2267, Tél. : 01 49 40 65 59 - 65 60

 

Droits de diffusion et de reproduction réservés

© 2000-2002, Centre Georges Devereux

 

retour —>